Jardinopale Entretien de Jardins en CESU

Jardinopale Entretien de Jardins en CESU

Les paysagistes alertent sur le "travail au noir"

Les paysagistes alertent sur le "travail au noir"

Source de l'Article: Sébastien Chabas

Le syndicat des paysagistes, l'Unep, estime que la hausse de la TVA a conduit "7 % des Français faisant appel aux services d'un professionnel pour leurs petits travaux de jardinage" à se tourner vers le travail au noir. Détails et explications avec la présidente de l'organisation.


D’après une étude commandée le 22 janvier 2014 à l'institut de sondage I + C par l'Unep, le syndicat des paysagistes, -regroupant 2.600 entreprises adhérentes sur 28.400 que compte l’activité- 27% des clients ont remis en cause leurs contrats suite au triplement de la TVA, soit pour diminuer la prestation, soit pour se tourner vers un prestataire non déclaré.

"Conséquence : 9% des entreprises de services à la personne envisagent de licencier en 2014", nous confie d’emblée Catherine Muller, nouvelle présidente de l’Unep depuis décembre dernier. D'après l'enquête, le passage de la TVA applicable aux services à la personne de 7 % à 20 % en juillet 2013 a conduit, 7 % des Français faisant appel aux services d'un professionnel pour leurs petits travaux de jardinage à se tourner vers le travail au noir. Pour le moment, ces chiffres inquiétants sont à analyser, mais nous comptons de nouveau alerter les pouvoirs publics déjà sollicités sur le sujet."

Quelles conséquences du rebond de la TVA ?
L’Unep imagine ainsi que ce "rebond" de la TVA instauré l’an dernier provoque à court terme des conséquences négatives sur la profession de paysagistes. "On nous demande de façon croissante de payer en espèces pour les petits montants de l'ordre de 300 à 500 euros, nous affirme Catherine Muller. Mais pas seulement, des chantiers privés importants sont susceptibles d’être visés. C’est bien le début d’un phénomène, nous le redoutons."

Et d’ajouter : "Il a été limité jusqu'à présent par le fait que tous les contrats annuels signés avant le 1er juillet 2013 conservent la TVA réduite jusqu'en juillet 2014. C'est donc au second semestre de cette année que l'effet du changement de TVA sera concrètement observé par nos professionnels."

Vers un gel des embauches en 2014 ?
Par ailleurs, l'étude d’I+C rappelle que les services à la personne demeurent chez les paysagistes un segment fragile et particulièrement saturé : "On est passé de 2.700 entreprises en 2008 à 7.800 en 2012, détaille la présidente de l’Unep. On craint désormais à partir de ces chiffres alarmants, un gel des embauches en 2014, et ce malgré toutes les aides allouées par les pouvoirs publics l’an dernier."

"En dehors des services à la personne, le relèvement de la TVA impacte aussi le segment de la rénovation (allées et terrasses attenantes aux espaces verts), poursuit l’étude. Le reste du marché des particuliers, qui a toujours été en TVA à 19,6 %, s'en sort mieux : "les entreprises du paysage sont parvenues à terminer l’année dans le vert grâce à une météo particulièrement favorable à l’approche de l’hiver."

Des perspectives "assez sombres pour 2014"
L’échéance des municipales peut-elle servir de rebond ? Elle ne devrait pas d'après l'étude relancer cette année la partie des clients publics, soit 30 % de notre activité (Ndlr : 1,5 milliard d'euros), malgré une forte augmentation (+ 4%) au quatrième trimestre 2013.

"Nous sommes des 'embellisseurs' de villes, reconnaît Catherine Muller, mais nos entreprises ont pour habitude d’être sollicitées à la veille des élections pour embellir les villes. Après l’échéance, ce sera plus compliqué. Il faut attendre au moins six mois pour que la nouvelle équipe s'installe."

Au final, "dans contexte économique encore peu porteur, et sur fond de chute du marché de l’immobilier, les perspectives restent assez sombres pour l’année à venir", conclut Catherine Muller.

Les chiffres du secteur
L’embellie de chiffre d’affaires au dernier trimestre (+3%) sauve ainsi le secteur de la récession, avec une croissance annuelle redevenue positive (0,5%), poursuit l’étude. Ce renouveau se constate aussi bien au niveau de la création que de l’entretien des jardins et espaces verts. Après une baisse notable pour ces deux métiers au 1er semestre 2013, le second semestre a vu le retour de la croissance : +2,5% pour la création de jardins et espaces verts et +2% pour l’activité "entretien".

Tout comme en 2012, la pénurie de candidats disponibles reste un sujet sensible : plus d’une entreprise sur dix n’a pas pu embaucher les salariés souhaités pour soutenir la croissance de son activité, complète l'étude.



27/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres